MAÏJA DISSEAU

 

Constellations Familiales

***

Maître-Praticienne en Hypnose Humaniste

&

 Praticienne Spécialisée en

Thérapie Symbolique Avancée

diplômée de

l'Institut Français d'Hypnose Humaniste & Ericksonienne

Contact+212 6 64 36 36 36 -formulaire de contact

Horaires des Séances

Lundi & Mardi

de 10h à 19h00

Par respect

pour les autres patient(e)s 

je vous serai reconnaissante d'annuler vos rendez-vous

24h à l'avance.

Dans le cas contraire

la séance sera comptabilisée...

Merci

Vous avez installé un outil pour bloquer les publicités. Veuillez le désactiver pour que cette Web App puisse être correctement affichée et configurée.

Inscription à la Newsletter

ANXIÉTÉ, ANGOISSES...

Qu’est-ce que l’anxiété ?


Il est de la nature humaine d’avoir des préoccupations et des émotions:


« Est-ce que j’ai trop pris de dossiers? »


« Mon enfant a des difficultés scolaires, va-t-il réussir? »


« Ma santé se détériore. Est-ce grave? »


« Je ne ressens plus la passion dans mon couple. Est-ce la fin de notre amour? »


Beaucoup d’événements de la vie suscitent des soucis et amènent à ressentir des émotions : colère, peine, jalousie, peur, etc. Ces soucis et ces émotions sont des indicateurs de problèmes à régler dans notre vie. 


Il demeure important que nous réglions nos problèmes pour vivre une vie satisfaisante. Si nous ne faisons pas face à cette réalité, que nous la fuyons plutôt que la régler, alors notre organisme va réagir à cette insatisfaction par ce qu’on appelle l’anxiété. L’anxiété est signal que quelque chose nous dérange, nous tracasse. Elle est liée à une idée fixe qui nous porte à surestimer le danger et à sous-estimer notre capacité à y faire face.


L’imagination joue un rôle primordial dans ces cas. L’individu imagine souvent tout événement sous forme de catastrophe et ses réactions sont alors amplifiées tout comme si cela était réalité. Si nous ne faisons pas face à la peur qui est sous-jacente, un état d’urgence apparaîtra d’où la naissance de l’angoisse. Quand nous ignorons les choses qui nous affectent, que nous les négligeons, elles se transforment en inquiétudes sourdes qui à leur tour deviennent des insécurités. La peur étant toujours présente, notre jugement se trouve altéré, et la réalité peut être amplifiée.


Dans l’insécurité nous sommes confrontés à la perte du contrôle de soi. On passe au mode ANXIÉTÉ très facilement tant que nous ne prenons pas un temps d’arrêt, en effet, si l’on ne prend pas un temps de recul pour découvrir le problème à la source, la montée d’anxiété se poursuivra. 


À cela s’ajoutent bien souvent des pensées « imaginaires » telles que :


« Mon fils ne pourra réussir sa vie, car il n’aime pas l’école. »


« Mon mari travaille tard, il a sûrement trouvé une maîtresse. »

 

« Mon patron a rencontré quelqu’un dans son bureau aujourd’hui, il songe sûrement à me remplacer ou à me congédier. »


Ou tout autre chose....

La peur de perdre le contrôle s’intensifie.


L’angoisse se pointe et s'installe lourde d'anticipations :


« Mon fils va devenir délinquant. »


« Mon conjoint va me laisser. »


« Je sens que je vais étouffer, je vais faire un arrêt cardiaque. »


Ou tout autre chose...


L’organisme envoie ces messages nous invitant à auto réguler, à équilibrer nos pensées et nos sentiments....à prendre du recul !!!


Il y a une raison qui justifie l’angoisse constante : c’est que l’individu ignore souvent les événements qui l’affectent et fuit ses émotions.


L’organisme, par ces manifestations d’inquiétude, d’anxiété, d’angoisse, envoie un signal répétitif informant du danger que l’individu encoure s’il persiste à nier ou négliger certains domaines de sa vie qui sont affectés. Il est donc continuellement sollicité par cette angoisse tant et aussi longtemps qu’il ne fera pas face et qu’il ne prendra pas en charge le poids de ses soucis.


L’anxiété et l’angoisse grandissent au fur et à mesure que s’ajoutent d’autres soucis. Les problèmes non réglés en engendrent d’autres, voilà un cycle perpétuel sans fin....cela devient étouffant, l’individu peut avoir de la difficulté à respirer...cela devient pathologique, car l’anxiété et l’angoisse sont sources de grandes souffrances psychiques : elles nuisent aux performances et se manifestent par un dérèglement au niveau du sommeil et de la qualité de vie. Elles peuvent amener jusqu’à la crise de panique qui se manifeste par des crises aiguës d’angoisse, de terreur soudaine, d’un sentiment de perte de contrôle. L’angoisse est une expérience émotive plus intense que l’anxiété, mais n’est pas une émotion, à proprement parler.


Des nœuds ou papillons dans l’estomac, des serrements ou une compression au thorax, l’impression d’avoir l’estomac tordu, une contraction ou pression pouvant aller de la région du plexus solaire à la gorge, des battements de cœur accélérés, une transpiration anormale, des étourdissements, hyperventilation, des pensées liées à une impression de danger imminent, des gènes respiratoires, la vision brouillée, l’ouïe perturbée, des spasmes...ce sont de symptômes d'anxiété. L’angoisse possède les mêmes caractéristiques que l’anxiété. Mais, tandis que l’anxiété se manifeste de façon sporadique, l’angoisse, elle, s’inscrit de manière permanente chez l’individu.


Que ça soit avec l'anxiété ou l'angoisse, l'hypnose s'est révélée être un outil très utile car au lieu de juste soulager les symptômes qui sont des sonnettes d'alarme que l'on doit écouter, l'hypnose travaille à la source de la problématique.

 

l'hypnose comme thérapie

contact


ASTUCES EXPRESS POUR DIMINUER SON ANXIÉTÉ


1. Observer vos pensées et vos images internes.
2. Vérifier si ces pensées ou images sont conformes à la réalité en semant le doute dans vos pensées.
3. Transformer ces pensées-catastrophes en hypothèses et non en réalités.
4. Prendre conscience qu’une situation vous dérange.
5. Garder l’ouverture à d’autres possibilités. Prendre contact avec vos ressources intérieures et extérieures.
6. Cerner ce qui crée cette angoisse et la libérer.
7. Affronter vos problèmes une étape à la fois.
8. Prenez le temps d’examiner les solutions possibles.
9. Abaisser votre « amplificateur interne ».
10. Croire en votre capacité de réagir avant de dépasser le 6/10 sur votre échelle de tolérance.