MAÏJA DISSEAU

 

Maître-Praticienne en Hypnose Humaniste

&

 Praticienne Spécialisée en

Thérapie Symbolique Avancée

diplômée de

l'Institut Français d'Hypnose Humaniste & Ericksonienne

Contact+212 6 64 36 36 36 -formulaire de contact

Horaires du Cabinet

Lundi-Mardi-Jeudi-Vendredi

de 9h à 19h00

Par respect

pour les autres patient(e)s 

je vous serai reconnaissante d'annuler vos rendez-vous

24h à l'avance.

Dans le cas contraire

la séance sera comptabilisée...

Merci

Vous avez installé un outil pour bloquer les publicités. Veuillez le désactiver pour que cette Web App puisse être correctement affichée et configurée.

Inscription à la Newsletter


Loin d’être un principe acquis, l’absence de conflits intérieurs n’est pas si évidente. Nous avons souvent tendance à faire des choix qui ne correspondent pas à nos désirs, à nos valeurs profondes, notamment pour conserver notre tranquillité. Par exemple lorsqu’on dit oui alors qu’on souhaiterait dire non....ou au contraire quand on dit non alors que notre cœur cri oui.

 

L’unité de soi est donc incontestablement liée à nos conditionnements affectifs. Par exemple, on peut s'imposer un rythme effréné dans ses journées, qui ne nous correspond pas parce qu’étant plus jeune on nous a toujours dit que prendre du temps pour soi signifiait être faignants.

 

On a un besoin, le désir d’agir de telle façon et on reste dans un mode de fonctionnement que l’on nous a enseigné, qui est ancré en nous mais qui n’est finalement pas en accord avec nos valeurs, nos souhaits et qui crée donc ces fameux conflits intérieurs. Autant de difficultés qui peuvent faire vaciller l’unité de soi.

 

Se connaître est presque une énigme à déchiffrer et la solution de cette énigme nous apparaît de plus en plus évidente au fil des années et des expériences. Entre autres nos émotions représentent un formidable outil de connaissance de soi, notamment nos émotions désagréables.


Il s’agit en quelque sorte de connaître, de repérer nos forces et nos faiblesses et ce qui est important pour nous, autrement dit nos valeurs. C’est être capable de se voir tel que l’on est avec nos défauts, nos contradictions mais aussi avec nos capacités, nos ressources.

 

Être capable de résister aux déceptions, échecs, pertes...


Difficile de vivre un échec et de penser sur le moment qu’il nous sera certainement utile à l’avenir. Mais l’échec au même titre que la réussite est une expérience, l’essentiel étant de pouvoir le comprendre et rebondir. Déceptions, échecs et pertes sont sources d’émotions désagréables. Or, retrouver une relation naturelle à nos émotions désagréables notamment en les comprenant et en les utilisant semble essentiel. On cherche souvent à inhiber nos émotions désagréables, à les minimiser alors qu’elles sont riches en enseignements. Les ignorer c’est les refouler et accumuler une souffrance intérieure.

 

Oser être soi va passer par un travail sur ces différentes étapes :

 

1. Accepter ce qu’on ne peut pas changer : apprendre à lâcher prise, à éviter les « si j’avais su »etc... C’est l’idée de s’accepter tel que l’on est et d’accepter également les autres tels qu’ils sont.

 

2. Comprendre notre relation aux émotions désagréables : l’essentiel est d’en prendre conscience, de les identifier pour ensuite pouvoir gérer leurs manifestations.

 

3. L’écoute du corps : le corps nous envoie des signaux à ne pas négliger. L’essentiel est d’en prendre conscience, de les écouter pour essayer de les comprendre.

 

4. Les valeurs de vie : l’idée est de remettre de l’ordre dans nos valeurs. Tout d’abord prendre conscience de ce qui est important pour nous et le hiérarchiser. Par exemple, se demander si ce qui est le plus important pour nous est de construire une famille ou de faire une belle carrière. Le tout est de repérer quelles sont nos priorités car en accord avec nos valeurs nous ne pouvons qu’être en accord avec soi. Par exemple dans une journée, se demander à chaque instant ce qui est important pour nous....pourquoi j’achète des œufs bios, peut-être parce qu’il est important pour moi d’avoir une bonne hygiène de vie et que j’accorde tout son crédit à la valeur de ma santé.

 

5. Les conditionnements affectifs : la première des choses est de prendre conscience de nos conditionnements affectifs pour ensuite se demander s’ils nous correspondent, s’ils sont vécus de façon agréable ou non et savoir si nous souhaitons faire la démarche de nous en libérer.

 

Oser être soi passera donc par prendre conscience de son manque de confiance en soi, en le concrétisant et en l’acceptant. Ensuite, il s’agira de faire un travail sur soi pour s’épanouir pleinement, pour se construire de l'intérieur en accord avec soi même.